Accueil > Domaine recherches interculturelles > Recherches - Actions > Dialogue et solidarité pour une meilleure cohésion sociale

Dialogue et solidarité pour une meilleure cohésion sociale

Une rencontre interculturelle organisée par le Centre d’Etudes Africaines et de Recherches Interculturelles (CEAF&RI) en partenariat avec la Communauté africaine de la commune de Forest à Bruxelles le 16 mai 2009 à l’Abbaye de Forest.

Un monde multiculturel

Nous sommes à une époque où les cultures du monde entier se côtoient plus que jamais du fait de la mondialisation. Elles sont ainsi appelées à s’enrichir mutuellement de leur diversité. La Belgique est, à cet égard, un exemple de cohabitation entre les cultures et les communautés les plus diverses. Une telle cohabitation ne va pas de soi. Elle suppose une réelle volonté d’ouverture, de dialogue et de respect de l’autre.

Ouverture et accueil de l’autre

Le Cantre d’Etudes Africaines et de Recherches Interculturelles (CEAF&RI) en partenariat avec la communauté africaine de la Commune de Forest est conscient de cette réalité. Par cette manifestation, la communauté africaine veut exprimer sa volonté d’ouverture et d’accueil de l’autre. Elle veut aussi partager sa richesse culturelle, ses diverses compétences et nombre des projets d’intérêt commun pour une meilleure cohésion sociale. « Mieux se connaître pour mieux vivre ensemble », devise du CEAF&RI.

Nos projets visent :

1. Les jeunes

Le phénomène des bandes des jeunes est bien connu en milieu bruxellois. L’ampleur et la violence -expression d’un mal d’être- qui le caractérisent nous inquiètent tous. Beaucoup de nos associations s’y intéressent pour en comprendre les causes, les mécanismes, aussi pour trouver les solutions durables à une situation devenue un cauchemar pour nombre des parents, un casse-tête pour la société dans son ensemble.

2. Le statut de la femme

La condition de la femme est objet de nombreuses préoccupations dans le monde. Malgré l’effort consenti par différentes institutions, le progrès se fait lent et régulièrement surgissent des nouveaux motifs d’inquiétude, ici ou ailleurs. Tel est le cas, par exemple, du viol de femmes en République démocratique du Congo. L’intérêt pour l’éducation égalitaire des filles et des garçons, tout comme la lutte contre les pratiques rétrogrades, constitue un souci permanent.

3. L’accès aux Nouvelles Technologies de l’Information et de Communication

La fracture numérique est aussi présente dans notre société. Tout le monde n’a pas la possibilité de disposer d’un ordinateur, un outil indispensable à différents titres dans le monde d’aujourd’hui. Par exemple, pour la recherche d’emploi et la communication via l’Internet. Pire encore, beaucoup des gens n’ont pas accès à la formation permettant la maîtrise de cet outil.
Tels sont quelques projets, parmi tant d’autres, que le Centre d’études africaines et de recherches interculturelles ainsi que la communauté africaine de Forest portent ensemble et pour lesquels, à l’occasion de cette soirée interculturelle, ils sollicitent votre générosité.

Pour recevoir les informations sur nos activités, vous pouvez vous inscrire à notre Newsletter sur notre site : www.ceafri.net

Pour nous soutenir : CEAF&RI Compte Dexia : 068-246 1299-48
IBAM : BB11 0682 4612 9948
BIC : GKCCBEBB

D’avance, merci.
Pour le CEAF&RI, A. Kasanda