Accueil > Mouvements des femmes > Mouvements féminins en Afrique > R. D. Congo : Edition 2010 de la Marche Mondiale des Femmes

R. D. Congo : Edition 2010 de la Marche Mondiale des Femmes

La Marche Mondiale des femmes pour la Paix, la Justice et l’Egalité, lancée en ce mois de mars partout dans le monde (6 mars à Bruxelles) s’achèvera à Bukavu, en R. D. Congo du 14 au 17 octobre 2010.

Troisième édition 2010 de la Marche mondiale des femmes En République Démocratique du Congo

L’initiative de la Marche mondiale des femmes a été lancée pour la première fois en 2000. Une deuxième édition a été organisée en 2005 dans tous les pays du monde où des associations féministes soutiennent cette activité.
Une trosième édition à Bukavu
Du 14 au 17 octobre 2010, la Marche mondiale des femmes lancée en ce mois de mars partout dans le monde (6 mars à Bruxelles) s’achèvera à Bukavu, en R. D. Congo, pour combattre l’injustice sous toutes ses formes. Mais les femmes du monde seront-elles solidaires concrètement dans l’appui des réseaux et des actions des femmes congolaises ?
La Marche mondiale des femmes est un mouvement mondial d’actions féministes rassemblant des groupes et des organisations de base œuvrant pour éliminer les causes de la pauvreté, de la violence envers les femmes. Cette organisation affirme lutter contre toutes les formes d’inégalités et de discrimination vécues par les femmes.-----

Pourquoi une Action Internationale à BUKAVU ?

Cette manifestation se prépare par un comité provincial organisateur de la marche en collaboration avec le Mouvement International.
La paix durable, la justice et l’égalité sont les préalables pour le bien être de la population congolaise et la construction d’un Etat démocratique en R. D. Congo. A Bukavu, dans le Kivu, province où sévit la guerre d’agression et le pillage des ressources naturelles de la R. D. Congo, les femmes veulent vraiment parler de la possibilité de construire la paix durable en R. D. Congo, se mobiliser pour la justice et l’égalité entre les femmes et les hommes et agir contre toutes les causes de la guerre.

Dénoncer et condamner la violence sexuelle

Partout dans le monde, les femmes se mobilisent contre la pauvreté et les violences à l’encontre des femmes. Pauvreté et violences sont des réalités pour les femmes en R. D. Congo, notamment à l’Est du Congo. Alors que la loi condamnant la violence a été adoptée en R. D. Congo, les femmes et les filles continuent à subir le viol utilisé comme arme de guerre. Le droit des femmes est quotidiennement bafoué. Pour dénoncer cette injustice et l’impunité, les femmes du monde se rendront du 14 au 17 octobre prochain à Bukavu, pour rappeler au monde que tant que ces femmes ne seront pas libérées, la marche continuera !
Les femmes descendent sur le terrain où les femmes subissent des violences sexuelles utilisées comme arme de guerre et croient qu’elles peuvent agir, ensemble, pour changer la réalité. Elles peuvent aussi apprendre à partir des expériences des femmes du Congo, de toutes les résistances qu’elles ont faites et avoir plus d’énergie pour jouer avec plus d’impact sur la marche des affaires dans le monde et leur plaidoyer pour un monde égalitaire.-----

La Marche, mais aussi des actions concrètes pour des femmes

Au-delà de la marche, il y aura aussi des conférences et des séminaires organisés à Bukavu. Les Femmes du Monde seront-elles déterminées aussi à soutenir et à financer des projets de développement viables initiés par les femmes de la R. D. Congo ? Seront-elles solidaires dans le concret pour les femmes, notamment des femmes d’autres provinces et celles des milieux ruraux qui ne pouront pas être présentes aux manifestations à Bukavu ?
La Marche se déroulera à l’Est du Congo à Bukavu, mais c’est la situation des femmes sur l’ensemble du territoire congolais qui mérite d’être considérée à cause des conséquences de la guerre et la paupérisation du pays. D’où l’urgence d’appuyer les réseaux des organisations des femmes congolaises qui investissent dans la lutte contre la pauvreté et le respect des droits fondamentaux des femmes.

Albertine Tshibilondi