Accueil > Mouvements des femmes > Violence > CEAF&RI : Plus de 10 ans d’actions et de lutte contre la violence aux (...)

CEAF&RI : Plus de 10 ans d’actions et de lutte contre la violence aux femmes. Brisons le tabou du silence.

Depuis 2005, CEAF&RI investit dans la recherche et les actions au niveau local, régional, fédéral et international, pour dénoncer et lutter contre toutes les formes des violences (physiques, morales, psychiques...) faites aux femmes. Découvrez quelques moments de cette mobilisation de ce combat pour un monde juste et égalitaire

Actions de mobilisation contre la violence et d’accompagnement des femmes

manifestation_enfantCette petite fille a le courage de dénoncer la violence et s’indigne lors d’une grande manifestation à Bruxelles pour la cause des filles et des femmes victimes des violences en Afrique, en RD Congo. Elle livre un message fort au monde : "STOP AU VIOL DES PETITES FILLES !". Sera-t-elle entendue ?
L’éducation au respect et à l’égalité commence dès le bas-âge.
C’est chaque jour qu’il faut lutter contre la violence à l’égard des filles et des femmes, car chaque jour, les filles et les femmes subissent des violences et harcèlement multiformes au sein de la famille, à l’école, dans la rue, au travail, etc.
CEAF&RI brise le tabou du silence en dénonçant la violence par la sensibilisation aux droits à l’égalité, l’écoute et surtout l’accompagnement des filles/femmes victimes.

Violence et santé mentale des femmes

La violence n’est pas que physique, elle est surtout psychologique et morale.
Écoutons ce témoignage poignant d’une victime de la violence. Elle décrit la souffrance mentale, psychique et les mécanismes de manipulation avec les effets pervers sur sa santé mentale.
"La violence que j’ai subie est psychologique et morale. Lorsqu’on parle de la violence, beaucoup des personnes pensent d’abord à la violence physique (parce que visible) ; on pense à la femme battue. Mais on ignore souvent la violence psychologique ou psychique et la violence morale qui sont invisibles et plus profondes. En effet, un ou une partenaire abuse souvent de notre période de "faiblesse" (de vulnérabilité), de notre "fragilité" pour nous briser moralement, psychiquement et donc physiquement tout en employant un jeu de manipulation avec ruse et parfois cynisme, ‘’d’un côté il joue avec nos sentiments, et de l’autre côté, il nous tend la main et nous sourit’’ ; C’est-à-dire qu’il ou elle nous épuise moralement, psychologiquement et donc physiquement puisque le corps subit les effets psychologiques. Dès qu’on se rend compte qu’on est fatigué, épuisé et qu’on en peut plus, il faut dire stop à ce genre de violence qui nous mine de l’intérieur, parce qu’invisible, on ne peut pas la voir, mais cette violence psychologique nous mène à la dépression dans la plupart des cas’’.
La violence quelle qu’elle soit détruit la personne avec la perte de confiance en soi, d’estime de soi allant jusqu’au désespoir. C’est pourquoi la violence ne peut être banalisée. Il s’agit du rapport de pouvoir, de domination dans une relation inégalitaire. D’où l’importance d’une prise en compte de tous les aspects, notamment psychologiques lors de l’accompagnement de la victime.

Pourquoi une campagne mondiale de lutte contre la violence ?

Cette Campagne coïncide cette année avec les 70 ans de la Déclaration Universelle des Droits Humains (1948). C’est l’heure du bilan sur le respect des droits, notamment des filles/femmes dans le monde.
La campagne mondiale de lutte contre toutes les formes des violences (physiques, morales, psychiques...) faites aux femmes qui débute le 25 novembre (journée internationale pour l’élimination de toutes les violences faites à la femme) jusqu’au 10 décembre (journée internationale de la Déclaration Universelle des droits Humains, 70 ans en 2018) de chaque année est un moment fort de mobilisation et de revendications des femmes, avec la solidarité des hommes, pour dire STOP à toutes les formes des violences et réclamer des lois égalitaires.
Pour un peu d’histoire, cliquez ici : 25 novembre : Tolérance zéro à la violence à l’égard des femmes/des filles

CEAF&RI agit et lutte contre les viols et les violences faites aux femmes à travers le monde, et en particulier en Afrique, notamment dans les pays en conflit, au Nigeria, en République démocratique du Congo (au Kasaï, au Kivu), en République Centre Africaine, au Soudan, en Côte d’Ivoire, etc., et contre les violences que subissent les femmes au quotidien en Europe, et particulièrement les Africaines en Belgique.

Des actions pour briser le tabou du silence sur la violence

Quelques actions chocs du CEAF&RI, articles et comptes rendus de mobilisation en synergie avec d’autres institutions, ONG, associations pour éradiquer ce fléau de la violence (voir l’agenda). Cliquez ci-dessous :

Nouvelles relations de genre

Youtube : interview Pr. Albertine Tshibilondi : lutte contre la violence et l’égalité de genre

Les femmes disent non à la violence au Nigeria

La violence faite à la femme en RD Congo : un bilan accablant

Disons stop à la violence en Côte d’Ivoire

Les violences sexuelles en RD Congo

Stop aux vols des femmes en RD Congo

Mettons-nous debout et crions tout haut

Je dénonce

Revendications du Collectif "Tous ensemble pour les femmes en RD Congo"

Stop aux horreurs scandeleuses faites aux femmes dans la sous-région de grands lacs, en particulier au Congo

Justice pour les femmes. La condamnation en RD Congo de onze officiers responsables de viol

Dieu et violence en Afrique. La religion instrumentalisée

28 juin "L’éducation des filles au défi des fondamentalistes". Que deviennent les lycéennes nigérianes ?

Contre le harcèlement : la violence psychologique, c’est la violence tout court. Osons en parler

L’oeuvre BIKA ! Debout les filles ! En Marche les femmes !

La liste complète sur CEAFRI

Albertine Tshibilondi, CEAF&RI