Accueil > Domaine recherches interculturelles > Religions > Des femmes prophétesses ?

Des femmes prophétesses ?

Lorsque l’on parle de prophètes dans la Bible, souvent, l’on n’évoque que les hommes. S’agit-il là alors d’un charisme réservé aux mâles ? M. A. Umeagudosu répond par la négative.

Professeure à l’Université d’Enugu, la nigériane M. A. Umeagudosu se penche sur la mission prophétique des filles de l’évangéliste Philippe (Ac 21, 9) .

Déjà, l’Ancien Testament nous présente sept femmes qui sont prophétesses : Sarah, Myriam, Deborah, Anne, Abigail, Huldah, Esther. Dans le Nouveau Testament, nous avons Marie, Elisabeth et Anne. Toutes ces figures annoncent le ministère des quatre filles, qui prédisent le destin de Paul. Luc, par réflexe androcentrique, occulte ce ministère. Il met en avant un homme, Agabus.

Or, dans les Eglises afro-chrétiennes, des femmes assument une mission prophétique, au même titre que des hommes. Elles sont fondatrices d’Eglises et ont des rôles importants dans les communautés. Il existe, certes, des déviations. Mais on les trouve aussi chez les hommes.
L’exercice de la mission prophétique par les femmes, soit dans la Bible soit dans les Eglises afro-chrétiennes, contribue à briser le modèle androcentrique de la société.

Le prophétisme est un important charisme d’édification, d’encouragement et d’actualisation de la parole. Il convient confier aux femmes des responsabilités dans l’évangélisation. De plus, les femmes sont très présentes dans le quotidien des familles, des quartiers et des villages. Elles doivent être plus associées aux décisions, en vue du témoignage prophétique de l’annonce de la bonne nouvelle, de la construction de la paix, de la justice et de la fraternité.

L’Eglise et la société y gagneraient.

Pr Paulin Poucouta