Accueil > Etudes Africaines en genre > Migration > L’impact de la diaspora sur le développement en Afrique

L’impact de la diaspora sur le développement en Afrique

CEAF&RI à la Semaine Africaine du Parlement Européen

Dans l’enceinte du Parlement européen, les visiteurs ont pu découvrir quelques éléments d’art contemporain ou traditionnel africain. L’Afrique fut aussi au cœur des discussions, que ce soit en réunions de Commission ou de délégation. CEAF&RI, dans le cadre de ses Quinzaines du Dialogue Interculturel, a participé à la Table Ronde du 10 septembre sur « L’impact de la diaspora sur le développement ».

Une table Ronde sur « l’impact de la diaspora sur le développement » Commission du développement &Département thématique de la direction générale pour les politiques externes. Dans le cadre de l’Année Européenne du dialogue interculturel, la Semaine Africaine s’est tenue du 8 au 12 septembre 2008.

Les interventions des représentant-e-s des organisations africaines :

- Moja sur « les transferts financiers vers le pays d’origine »
- CCAEB sur « Dialogue interculturel : un moyen de sensibilisation sur la réalité en Afrique dans las pays d’accueil ». Ils soulignent le rôle des migrant-e-s dans le développement du continent.

Madame la Ministre Ndioro Ndiaye, Directrice Générale Adjointe à l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) considère les migrant-e-s comme des investisseurs de l’Afrique vivant en Europe.
Cette rencontre a laissé beaucoup de frustrations, faute de temps, il n’y a pas eu de débat avec le public.

CEAF&RI offre des bonnes pratiques dans le dialogue interculturel
CEAF&RI est présenté comme offrant les meilleures pratiques des rencontres interculturelles, grâce à son site sur les Recherches Interculturelles et les Etudes Africaines Féminines, un Fonds de documentation sélectionnée dans le domaine interculturel au service du public, et la sensibilisation à l’interculturel à travers les recherches et les actions.

Depuis le début de l’année 2008 proclamée par l’Union Européenne, comme année du dialogue interculturelle, CEAF&RI, malgré ses moyens très limités, sensibilise aux réalités africaines dans le contexte interculturel à travers ses Quinzaines sur le Dialogue Interculturel. Quelques thèmes ont suscité un échange riche : Dialogue interculturel : point de vue d’un Africain, Eduquer dans le contexte interculturel, Migrations et Droits humains, avec un avocat de Sans Papiers (voir site).
Un appel aux parlementaires pour un appui aux initiatives de sensibilisation.

Un appel fut lancé aux députés européens afin d’appuyer et d’encourager ces initiatives :

« …J’aimerais souligner tout particulièrement l’implication d’un certain nombre de femmes qui accomplissent un travail de sensibilisation aux réalités africaines de manière bénévole, sans beaucoup des moyens structurels. Elles tiennent bon malgré ce contexte…
Je terminerais volontiers ce petit interlude sur les femmes en vous renvoyant à l’article de la philosophe Albertine Tshibilondi Ngoyi, « L’altérité comme impératif d’une mondialisation humanisée », dans Cahier de l’UCAC, n° 6, 2001, pp. 46-69. Elle est en train de se battre sans moyens pour rendre opérationnelle le ‘Centre d’Etudes Africaines et de Recherches Interculturelles’ (CEAF&RI) et elle mérite d’être soutenue et encouragée »

(Extrait de l’intervention de Madame Suzanne Monkasa, Dialogue Interculturel : un moyen de sensibilisation sur la réalité en Afrique dans les pays d’accueil »)

Un bref débat

CEAF&RI fut le seul –faute de temps- à intervenir dans ce débat sur trois points :
- Une demande aux parlementaires européens à poursuivre ce dialogue avec la diaspora africaine, pour qu’il ne se limite pas seulement à un jour ou à une semaine.
- la nécessité d’informer la Communauté africaine et les associations de la diaspora très active, mais qui n’a pas été assez informée au sujet de cet événement.
- Un appel aux responsables des organisations représentantes de la diaspora autour de cette Table Ronde pour une large diffusion de l’information auprès de la Communauté africaine, notamment sur des projets à venir sur l’investissement de la diaspora dans le développement de l’Afrique.

Clôture de la semaine

La semaine s’est clôturée par une session extraordinaire entre les membres du Parlement Pan-Africain (PAP) et ceux de l’Assemblée paritaire UE-ACP. Hans-Gert Pöttering, Président du Parlement européen et Gertrude Mongella, Présidente du PAP, avaient ouvert la réunion. Le panel comprit également le Prix Nobel de Littérature Wole Soyinka.

CEAF&RI poursuit son action pour un vrai dialogue des cultures
CEAF&RI poursuit ses recherches et actions, notamment de lobby et de plaidoyer pour une reconnaissance de l’apport de la diaspora dans les pays d’accueil et dans leurs pays d’origine.
http://www.europarl.europa.eu/news/public/focus_page/030-36474-350-12-51-903-20080908FCS36422-15-12-2008-2008/default_fr.htm

Albertine Tshibilondi