Accueil > Etudes Africaines en genre > Migration > Les Migrant-e-s : investisseurs de l’Afrique vivant en Europe

Les Migrant-e-s : investisseurs de l’Afrique vivant en Europe

A la Table Ronde sur « l’impact de la diaspora sur le développement », dans le cadre de la semaine africaine du Parlement Européen Madame la Ministre Ndioro Ndiaye, Directrice Générale Adjointe à l’organisation Internationale pour les Migrations (OIM), souligne la nécessité des politiques conséquentes en matière de l’immigration et de développement

Migrant-e-s investisseurs du développement de l’Afrique

Madame Ndioro Ndiaye montre l’importance de l’apport des migrant-e-s dans le développement de leurs pays d’origine et la nécessité des politiques conséquentes en matière de l’immigration et de développement. Aussi, est-il important, a-t-elle souligné, que les migrants soient considérés comme des investisseurs de l’Afrique vivant en Europe. A l’instar du Mexique et de Guatemala, les pays Africains devraient suivre ces bonnes pratiques afin d’encourager les investissements des migrants. Elle a déploré le manque des politiques migratoires au niveau national et au niveau européen.

Cursus universitaire et recherches en migration

Pour apprécier et mesurer à sa juste valeur l’apport des migrant-e-s au développement, il faut des données et des études à ce sujet. Madame Ndioro Ndiaye invitent les universités africaines et les instituts ou centre de Recherche à créer les cours en gestion de la migration qui touche plusieurs domaines : économie, santé, gender, activités génératrices de revenu.

Féminisation de la migration et l’apport des femmes migrantes

« Les pays d’accueil devraient davantage s’appuyer sur les femmes migrantes s’ils veulent introduire des changements dans leurs politiques d’intégration »
Lors d’une interview, Mme Ndioro Ndiaye explique comment le visage de la migration ainsi que celui de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) se féminisent progressivement. Les pays d’accueil devraient davantage s’appuyer sur les femmes migrantes s’ils veulent introduire des changements dans leurs politiques d’intégration
Plus d’une personne migrante sur deux est une femme. De plus en plus présentes et de plus en plus visibles, celles qui vivent et travaillent hors de leur pays d’origine envoient des milliards de dollars américains à leur proches. Et souvent plus régulièrement que les hommes.
Cet argent rapatrié en Afrique peut-il servir d’instrument de développement durable pour l’ensemble de la population ? Les migrantes peuvent-elles devenir investisseuses dans leur communauté d’origine et à quelles conditions ?

Albertine Tshibilondi

Téléchargez ci-dessous la biographie de Mme Ndioro Ndiaye

PDF - 9.6 ko
BIOGRAPHIE de MADAME ND IORO NDIAYE

CEAF&RI investit dans ce domaine et offre une expertise, notamment dans le domaine de genre et développement.

Pour une biographie de Madame Ndioro Ndiaye
- http://www.iom.int/jahia/Jahia/director-general/cache/offonce/lang/fr
- http://www.un-instraw.org/revista/index.php?lang=fr&display=interviews&id=991