Accueil > Etudes Africaines en genre > Violence > 25 novembre : Tolérance zéro à la violence à l’égard des femmes, des (...)

25 novembre : Tolérance zéro à la violence à l’égard des femmes, des filles

En ce 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, CEAF&RI s’associe à la campagne de sensibiliation pour une tolérance zéro concernant toutes les formes des violences à l’égard des femmes, au sein des familles, dans les couples, dans les pays en conflits et post-conflits... STOP

Un peu d’histoire : Pourquoi le 25 novembre

Les militants en faveur des droits des femmes ont choisi en 1981 la date du 25 novembre comme journée de lutte contre la violence, en mémoire des trois soeurs Mirabal, militantes dominicaines brutalement assassinées sur les ordres du chef de l’État, Rafael Trujillo (1930-1961).

Le 17 décembre 1999, par sa résolution 54/134, l’Assemblée générale a proclamé le 25 novembre Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, et a invité les gouvernements, les organisations internationales et les organisations non gouvernementales à organiser ce jour-là des activités conçues pour sensibiliser l’opinion au problème.

L’Assemblée générale a adoptée la Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes le 20 décembre 1993.

Briser le silence complice à la violence

Les femmes africaines doivent sortir du silence et briser les tabous en dénonçant les actes de violence subis avec résignation. Quelle que soit sa forme -physique, psychologique, morale- la violence est une atteinte à l’intégrité de la personne. Elle détruit et tue. Elle est donc punissable.-----

L’union Africaine et le Protocole de Maputo

En 2003, le Mouvement des Femmes de l’Union Africaine (U.A.), a réussi, grâce au lobby, à faire adopter un protocole sur les droits de la femme, comme protocole additionnel à la charte africaine des droits de l’homme et des peuples.
Certes, il faut poursuivre le combat pour que tous les états africains ratifient ce protocole. Mais c’est déjà un pas important.

Droits additionnels pour les femmes dans le Protocole de Maputo

Le Protocole garantit aux femmes un certain nombre de droits civils et politiques, ainsi que des droits économiques, sociaux et culturels. Parmi ces droits figurent

- le droit à la vie, à l’intégrité et à la sécurité des personnes,

- la protection contre des pratiques traditionnelles nocives,

- l’interdiction de toute discrimination et la protection des femmes lors des conflits armés.

- Le Protocole garantit également les droits des femmes en matière de santé et de procréation et l’accès à la justice, entre autres choses.

Cliquer ici : http://www.africa-union.org/Official_documents/Treaties_Conventions_fr/Protocole%20sur%20le%20droit%20de%20la%20femme.pdf

Albertine Tshibilondi