Accueil > Mouvements des femmes > Mouvements féminins en Afrique > La caravane pour l’égalité, un outil de sensibilisation au Maroc

La caravane pour l’égalité, un outil de sensibilisation au Maroc

La caravane pour l’égalité » est une initiative de la Ligue Démocratique pour les Droits de la femme au Maroc (LDDF), fondée en 1993. Pour atteindre un grand nombre de personnes, le Maroc a expérimenté une démarche originale dénommée la Caravane pour l’égalité. CEAF&RI vous donne un compte rendu de cette bonne pratique.

JPEG - 11.8 ko
Mme Fouzia ASSOULI - MAROC

La Ligue Démocratique pour les Droits de la femme s’engage à lutter pour l’égalité et contre la discrimination des femmes. La Ligue assure des formations et fait des consultations, pour permettre aux femmes de décider par elles-mêmes et de faire valoir leurs droits. Le principe des caravanes c’est de sillonner tout le Maroc, y compris les régions les moins accessibles, particulièrement les villages et quartiers défavorisés.

La caravane mobilise des femmes et des hommes

L’arrivée de la caravane dans une localité est une occasion pour mobiliser 150 à 200 personnes, femmes et hommes, qui parcourent ensemble ces différents coins.
Un des grands mérites de cette démarche, c’est d’avoir su impliquer les hommes. Pour y arriver, le travail s’est construit autour de la question de la démocratie, ce qui inclut un travail commun entre femmes et hommes, qui ont les mêmes droits et les mêmes devoirs. Lors des caravanes, les femmes gardent le leadership.

Triple objectifs de la caravane

- Informer le public sur la cause des femmes et les questions qui les préoccupent (droit, santé, éducation, etc.). Des conseils, des consultations juridiques et médicales étaient dispensées. Les consultations, moment idéal pour être en relation directe avec les femmes et les enfants, la Ligue en a profité pour distribuer un questionnaire, que des bénévoles aidaient à remplir ;
- Permettre des échanges. De nombreux échanges avec les populations ont enrichi ces rencontres. Les organisateurs, comme l’a souligné la Secrétaire Nationale de la Ligue, Mme Fouzia Assouli, ont été surpris de voir l’aisance avec laquelle les femmes, notamment celles des zones rurales, abordaient tous les sujets, même ceux considérés comme tabous, ou liés aux questions de pudeur (i.e. la sexualité), et ce devant les caméras. Des rencontres avec les femmes et les hommes et des débats ont été ouverts tous avec pour objectif de les sensibiliser aux principes de justice et d’égalité ;
- Former. La caravane a été aussi un excellent outil de formation : incitation à la scolarisation des petites filles ainsi qu’à l’éducation informelle, lutte contre l’analphabétisme, et protection de l’environnement ;

Au Maroc, toutes les municipalités n’ont pas voulu s’impliquer, seules quelques unes ont favorisé le passage de la caravane. Les moyens financiers de la caravane étaient limités. Malgré cela, elle a connu un succès grâce aux dons, notamment de matériels. Elle mobilisait toujours un grand nombre de public, surtout beaucoup de femmes et d’enfants, car elle répondait à une forte attente de cette population cible.

De part sa composition, la caravane faisait prendre conscience de l’importance d’unir les efforts des femmes, hommes et enfants pour une société plus juste, dans le respect de l’autre. Elle reflétait un modèle de société montrant d’autres types de relations possibles entre les hommes et femmes. Une alternative est donc possible.

La caravane marocaine s’exporte dans le Maghreb et en Europe

Le travail de la caravane continue toujours et s’exporte dans le monde. Après le Maroc, l’Algérie et la Tunisie la caravane s’est rendue en Europe. Chaque année, les collaboratrices de la Ligue Démocratique pour les Droits de la femme se rendent dans les villages du Maroc et des villes européennes à forte population migrante, notamment en Espagne et en France ; avec l’accord des municipalités concernées. Elle a eu à siphonner divers quartiers de Toulouse. A Madrid en relation avec les associations locales, une tente installée dans un quartier du sud accueillait les femmes marocaines. Quelque soit le lieu où elle s’installe, l’objectif de la Ligue reste toujours défendre l’égalité entre hommes et femmes, notamment dans les quartiers urbains.
La Ligue Démocratique pour les Droits de la femme part du principe que les discriminations ne sont pas propres au Maghreb, mais se posent différemment. Chaque implantation était une occasion pour les caravanières marocaines de partager leurs expériences en montrant les succès obtenus, et sensibiliser sur la question d’égalité. Elles accueillaient donc des femmes qui avaient besoin de conseils en matière juridique ou familiale, nécessaire dans les quartiers « marginalisés » où les jeunes qui ont perdu leurs repères culturels sont la proie des intégristes.

Prochaine caravane au Mali

JPEG - 11.9 ko
Marie Clémence Mba Tsogo

Outre l’Europe, la Ligue se tourne vers l’Afrique Subsaharienne où les questions d’égalité sont très peu prises en compte. La Ligue Démocratique pour les Droits de la femme est en contact avec le Mali, avec qui elle souhaite partager son expérience de la caravane.

Les sujets abordés dans la caravane étant larges, variés et pouvant être adaptés aux langues locales, la construction de la caravane apparait comme un outil qui pourrait être utilisé pour diverses luttes, et dans d’autres pays.

Marie-Clémence Mba Tsogo