Accueil > Etudes Africaines en genre > Etudes de genre > Les concepts de genre et égalité

Les concepts de genre et égalité

Les gens font une confusion nette autour de ces concepts. D’où la nécessité d’un rappel et une clarification. Le concept "genre" étant abstrait, on a souvent l’habitude de le ramener à la femme.

C’est une erreur de ramener le concept genre à la femme.
Le concept de genre (traduction de l’anglais gender) est un concept politique et mobilisateur. Ce terme apparaît pour la première fois en 1972, mais il fut diffusé dans les années 80.

Genre = relation homme et femme

Le genre renvoie à la relation entre homme et femme, en s’adressant au rôle masculin et féminin tel que c’est socialement construit. Le concept genre est intéressant dans la mesure où il nous permet de faire la différence entre l’identité biologique (le sexe) et l’identité socio-culturelle(genre) de l’être humain. Le fait d’être du sexe masculin ou du sexe féminin, c’est immuable. Le sexe ne change pas.

Le genre évolue et change

Mais les fonctions ou les rôles que nous avons dans notre société dépendent de la manière dont chaque société conçoit ce que c’est un homme ou ce que c’est une femme. Ce qui varie suivant le temps et l’espace ou le milieu dans lequel on vit. Le genre évolue et change.
A partir de ce concept, on a pu développer d’autres concepts, des outils d’analyse et des approches.

Le concept d’égalité

« Etre égal ne signifie pas être identique ».
’L’égalité dont il est question concerne l’égale répartition des tâches, rôles et responsabilités dans la société. L’égalité des droits fondamentaux des humains. Il s’agit également de l’équité au sens d’une juste redistribution des responsabilités, rôles et un accès équitable aux ressources. Tandis que l’identité (ou la ressemblance) est un concept ontologique.

Une méthodologie adaptée au contexte


Pour être pertinent, la démarche genre doit être fondée sur des résultats collectés sur le terrain afin d’éviter des a priori et des conclusions hâtives. Le principe est de sortir de ce cliché où il faut absolument mettre en opposition homme/femme. Le genre, ce n’est pas la femme seule, ni l’homme seul. Le genre, c’est l’homme et la femme et leurs relations dans la société. La démarche genre ne vise pas à renverser les rôles, mais à rétablir l’équilibre. L’approche genre permet de mettre fin aux rapports d’inégalité.
A cause des différences dans les rôles sociaux, les hommes et les femmes ont des besoins pratiques et des besoins stratégiques différents.
Une étude basée sur le genre, dans tous les domaines d’une société donnée, permet de voir comment se présente la situation des hommes et des femmes de façon globale.

Une disparité entre l’homme et la femme


Il convient de noter le déséquilibre très profond entre l’homme et la femme en termes de participation à la gestion du pouvoir dans le monde et en Afrique. Les femmes n’atteignent pas encore 30 % de participation au pouvoir.

Au niveau politique
Ainsi au Sénégal, ce déséquilibre se traduit par 13% de femmes au gouvernement, 22 % au Parlement. En R. D. Congo, 13 % (parlement 8,4 %, Sénat 4, 6 %).

Au niveau scolaire
On atteiint parfois en milieu urbain, une égalité entre garçons et filles dans l’école primaire (ou l’élémentaire), mais au moyen/secondaire et dans l’enseignement supérieur, les femmes sont en diminution.

Au niveau économique notamment en matière de disposition des ressources, les femmes ont un accès limité. Les politiques d’emploi sont en défaveur de la femme. Ainsi, en matière de travail, de productivité ou d’accès à la terre, les femmes sont loin derrière les hommes. La situation globale est à leur défaveur. Et pourtant ce sont les femmes qui réussissent le mieux dans la filière des mutuelles et de micro-crédit. Si elles sont formées, sensibilisées et appuyées, elles peuvent sortir de cette situation de défaveur qui gangrène leur épanouissement.

Budgétiser le genre : du dire au faire ?


Il ne suffit pas seulement de le dire, mais il faut le faire. Il existe une volonté politique pour corriger ces disparités, mais ce qui manque souvent ce sont les moyens. Les gens sont d’accord pour améliorer les conditions de vie des femmes. Ils sont également d’accord pour que les filles aillent à l’école. Le problème se trouve au niveau des responsabilités politiques. Quel budget les Etats africains mettent pour le genre ?

Genre et développement équitable


Le concept de genre nous évite de rentrer dans les rapports conflictuels entre homme et femme, et nous projette dans le problème de l’enjeu du développement, des défis de création de richesses, d’infrastructures scolaires et sanitaires qui sont beaucoup plus importants. L’approche genre prône un développement équitable, lequel ne privilégie pas uniquement la productivité, mais permet des changements de statut et de condition sociale.
Les institutions internationales d’aide au développement commencent à comprendre cet enjeu de l’égalité de genre en exigeant que tous les documents de réduction de la pauvreté soient rédigés en intégrant la question genre.
L’éducation est un enjeu majeur, mais l’autonomie économique des femmes les conduira aussi à l’autonomie politique.

Albertine Tshibilondi, CEAF&RI