Accueil > Etudes Africaines en genre > Etudes de genre > Organisations féminines et éducation de la femme au Kasaï

Organisations féminines et éducation de la femme au Kasaï

Dans le cadre de l’atelier sur l’éducation de base au Forum Dynamic Cities Need Women, nous avons abordé la question de l’importance de l’éducation des filles en R. D. Congo dans la perspective genre, en soulignant aussi que les organisations des femmes demeurent un lieu de formation et de sensibilisation.

Après notre formation en philosophie, nous nous sommes penchée sur les questions de l’éducation de la femme en République Démocratique du Congo.

Et particulièrement dans la province du Kasaï. Depuis son indépendance, la République Démocratique du Congo, pays aux nombreuses potentialités économiques et humaines, vit une profonde crise marquée par l’effondrement du système social, politique, économique, fortement ressenti dans les provinces.

Nous considérons que l’éducation de qualité donnée aux filles accompagnée d’une politique de genre visant l’égalité hommes / femmes leur permettrait d’assumer de nouvelles responsabilités. L’éducation nous semble être un défi important à relever en République Démocratique du Congo, et dans la province du Kasaï, parce que nombreuses sont encore les femmes dans les campagnes et les quartiers pauvres de la ville qui ne savent ni lire ni écrire.

Le nombre d’analphabètes s’est accru à cause de la crise du secteur éducatif. La nécessité d’une formation se fait de plus en plus sentir maintenant que les femmes commencent à s’organiser.

Approche genre dans l’éducation

Ce cadre conceptuel nous a permis d’analyser la situation des femmes congolaises du Kasaï et de leur accès à l’éducation. Certes, l’éducation est un investissement à long terme, mais il fait partie des besoins stratégiques pour l’amélioration de la condition de la femme. La perspective genre permet d’analyser la situation de l’éducation dans l’optique filles / garçons, de percevoir les déséquilibres de systèmes discriminatoires, et provoquer un accès équitable à l’éducation et à l’emploi pour les garçons et les filles.

L’éducation est, à notre avis, un des moteurs du changement de la condition socio-politique et économique des femmes kasaïennes.

L’éducation dans la perspective du genre peut générer une transformation des mentalités. Elle permet de déconstruire les représentations liées aux rapports sociaux de sexe. En somme, nous nous interrogeons sur les rapports de genre dans l’éducation, sur les rapports école / société.

Lieu de conscientisation, l’éducation peut être dynamisée par des événements comme la Conférence de Beijing et les différentes plates-formes africaines sur la condition de la femme. L’objectif restant la transformation concrète et progressive des représentations et des mentalités aussi bien celles des femmes que celles des hommes.

Référence :
Albertine Tshibilondi Ngoyi, Enjeux de l’éducation de la femme en Afrique. Cas des femmes congolaises du Kasaï, Paris, L’Harmattan, 2005, 269 p.